Nocturnes

Lundi 7 août, grand jour, courte nuit, forcément … L’électricité indispensable arrive enfin sur l’enceinte fortifiée, la pleine lune salue notre première répétition en conditions réelles ! Excitation et stress, variations d’énergie donc …

Les techniciens sont à la tâche et anticipent de nouveau tout en s’énervant : « C’est la régie, pas le bar à Régis ici ! Alors, virez vos verres et la cafetière ».  Les musiciens sont de retour et rassurent les comédiens…Allez une danson (une chanson dansée) ! Eric nous encourage : « on a pris de l’inertie ensemble et creusé un trou,  il faut récupérer de la hauteur ! » Je suis certaine que Jean-Marie pourrait s’approprier « travail constant et discipline » mais… répéter, est ce faire ses devoirs ?

Quelques bons mots encore lorsque par exemple on installe les 15 torches sur la Vienne (la réponse à « pourquoi les torches » sera donnée du 11 au 15 août sur place) : « il transporte du sable, il aura vraiment tout fait dans sa carrière ! »,  ou que le chef évoque des « rangs d’honneur » compris comme des « randonneurs », ou qu’Irma bat de la semelle avec sa bottine, ou que le jus de tubéreuse devient celui de tuberculeuse  ou que le tofu soyeux se transforme en thon fou soyeux ou thon fossoyeur, que l’ouverture d’un tonneau  ne se fait plus en perce mais en perf, que la guirlande mistil éclaire Miss Til, et qu’on balance des confettous, pov titi ! Faut dire qu’on fait tout (cf improvisations et répétitions).

Le soir, enfin, le vent se couche et le soleil tombe, ou l’inverse … Épuisement général après l’orage car chute brutale de la température et entraînement prolongé. On dîne avant d’embarquer pour certains, de jouer sa partition ou son rôle pour tous …Arrivée de l’Armada, elle devrait faire frissonner … Evolutions nautiques aussi improbables qu’émouvantes. Renée proteste « ah non ! » Plouf ! Francis s’inquiète…Ah non, pas plouf ! Véronique interpelle : « Marcello !  Giovani !  »  Parce quoi ? Georges !

Le site est encore plus magique ! Les éphémères sont au rendez-vous, mais se fracassent sur les projecteurs, comme un bruit de tissu froissé et de pluie fine ..C’est parti et ça file, état de vigilance, de surveillance et d’exigence ! Le débriefing s’annonce impitoyable.. et l’aventure toujours superbe…même si Jean-Marie nous parle dans « une langue moyenne, ni vulgaire, ni élitiste, pour être compris du plus grand nombre »… Vous connaissez la formule : message codé etc …

Lundi soir le caddy s’emballe mais reste dompté par Cécile ! Ouf !

Mardi soir le paquet tombe à l’eau,  plouf ! Il va peser son poids ! Un fardeau supplémentaire pour le passager du gué … A suivre …

Mary Kang

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.